Piercing ou tatouage en toute sécurité

Piercing ou tatouage en toute sécuritéPin

Piercing, tatouage… ces pratiques sont désormais mieux encadrées grâce à une réglementation plus stricte pour éviter les dangers, en particulier les risques d’infection.

Au sommaire de ce dossier :

  • Toutes les infos sur la réglementation de 2008
  • Le détail sur la pose d’un piercing
  • Le détail sur la pose d’un tatouage avec des conseils pour une bonne cicatrisation
  • Le témoignage d’Oriane qui porte deux tatouages
  • L’interview d’un médecin expert sur ce sujet
  • Enfin, grâce à un mini-sondage, donnez votre avis sur ces pratiques.

Tatouage : la réglementation

En France, on était un peu à la traîne en ce qui concerne la réglementation encadrant la pratique des tatouages et des piercings. Entre 2004 et 2006, de nombreux pays comme le Canada, la Belgique, l’Italie, la Suisse et les Pays-Bas ont mis en place des mesures d’hygiène à respecter pour mieux contrôler les risques d’infection.

Avec le décret de 2008, les tatoueurs et pierceurs doivent se déclarer à la préfecture. Ils doivent également suivre une formation de base “aux conditions d’hygiène et de salubrité” (environ 20 heures). Les tiges utilisées pour les piercings ne doivent pas être en nickel car ce dernier provoque souvent des allergies. Tous les instruments dont se sert le pierceur durant la pose du piercing doivent être à usage unique, ouverts devant vous ou stérilisés. Il doit porter des gants à usage unique. La salle de perçage doit être séparée des autres pièces pour plus d’hygiène, tout comme le lieu de stockage des déchets.

Si jamais votre adolescent veut se faire faire un piercing ou un tatouage, sachez que les mineurs doivent présenter une autorisation parentale écrite.
Le pierceur doit afficher dans sa boutique une plaquette d’information sur les risques. De plus, il doit présenter au client un document individuel à signer lui expliquant en détails la procédure et les risques.

Enfin, depuis fin juillet 2008, les tatoueurs disposent d’une fiche élaborée par les autorités sanitaires pour déclarer d’éventuels effets indésirables suite à la réalisation d’un tatouage.

Auteur : Claire Lavarenne.
Consultant expert : 
Pr Jacques Bazex, membre de l’Académie nationale de médecine, chef de service dermatologie à Toulouse


Mise à jour : 
décembre 2016

Piercing ou tatouage en toute sécurité : le piercing

Vous allez vous faire “percer” ? Voilà comment la pose d’un piercing va se passer…

  1. Le pierceur explique la procédure, les méthodes de soin, et vous fait lire et signer un document qui explique tout, y compris les risques.
  2. Ensuite, direction la salle de perçage. Le pierceur nettoie et désinfecte la zone où vous allez vous faire piercer. Il marque l’endroit au marqueur stérile et vous installe dans une position confortable.
  3. Il délimite l’endroit de perçage avec une pince creuse, passe l’aiguille et met en place le bijou. Ensuite, il nettoie la zone et met un pansement si nécessaire.

Nos conseils : Evitez de vous précipiter chez le premier pierceur ou tatoueur venu en France et encore plus à l’étranger. Et commencez par vous renseigner par le bouche-à-oreille pour choisir un salon de piercing de confiance et respectant les règles d’hygiène élémentaires.

Les risques

La transmission d’une maladie comme une hépatite ou le sida, à cause d’instruments mal stérilisés et qui ont été en contact avec un porteur de ces maladies, reste le principal risque même s’il a diminué avec les années.

Alors pour éviter au maximum ce type de problème, il est primordial de choisir correctement votre pierceur. Par ailleurs, il faut savoir que certains endroits du corps présentent plus de risques infectieux que les autres : nombril, langue, piercings intimes, etc.

En cas d’infection, recontactez le pierceur qui vous donnera des instructions précises et peut vous renvoyer vers un médecin si nécessaire.

Enfin, sachez qu’on ne peut pas faire de don du sang l’année suivant la pose d’un piercing (par mesure de précaution, pour éviter la transmission d’un éventuel virus contracté lors du piercing et que l’on pourrait transmettre par le sang).

Pour une bonne cicatrisation

Quelques conseils de base :

  • Lavez-vous toujours les mains avant de manipuler votre piercing
  • Ne nettoyez pas la zone piercée ou le piercing avec de l’alcool
  • Évitez de jouer avec ou de tripoter votre piercing
  • N’utilisez pas de crème à l’endroit du piercing
  • Ne retirez pas vos piercings trop longtemps, surtout à la langue ou au nombril car ces zones se rebouchent très vite.


Soins généraux :

Pendant la cicatrisation :

  • Rincez abondamment avec de l’eau tiède et utilisez des compresses de gaze pour éliminer les sécrétions sèches autour du piercing.
  • Pour désinfecter, servez-vous de votre savon antibactérien (indiqué par le pierceur) dilué dans l’eau, en faisant tourner ou bouger le bijou pour que le produit rentre dans le canal percé, puis rincez abondamment pour retirer le produit du canal.
  • Essuyez-vous avec des compresses de gaze.

Pour les piercings de la bouche :

  • Ne fumez pas, ne buvez pas d’alcool juste après avoir fait faire le piercing
  • Évitez de mâcher les aliments
  • Faites un bain de bouche après avoir mangé ou bu autre chose que de l’eau.

Pour les piercings au nombril, sur l’arcade et tous ceux qui dépassent :

  • Évitez de porter des vêtements ajustés pendant la période de cicatrisation. Et attention quand vous enfilez des vêtements.
  • Évitez les bains de mer ou en piscine dans les premières semaines après la pose d’un piercing au nombril.
  • N’enlevez pas votre piercing avant que la cicatrisation soit complète.

Piercing ou tatouage en toute sécurité : le tatouage

La première rencontre avec le tatoueur permet de vous mettre d’accord sur le choix d’un modèle et d’un endroit pour faire le tatouage. Le tatoueur prépare ensuite le transfert et vous fait lire et signer un protocole d’accord sur l’opération, ses risques et ce qu’elle implique.

Après la pose du transfert, le tatoueur se sert de matériel à usage unique ou stérilisé pour réaliser le tatouage. Lorsqu’il est long à effectuer, il peut y avoir des pauses. Une fois le tatouage terminé, la peau est laissée au repos quelques minutes puis nettoyée et recouverte d’un pansement.

La nouvelle réglementation 2008 détermine le choix des encres autorisées afin d’éviter les réactions de rejet par la peau.

Côté hygiène, on retrouve les mêmes principes que pour le piercing : matériel à usage unique, salle séparée du reste de la boutique, formation du tatoueur…


Pour une bonne cicatrisation

Nos conseils pratiques :

  • Quelques heures après la réalisation du tatouage, retirez le pansement et laissez la peau à l’air libre
  • Ne prenez que des douches et utilisez du savon doux (indiqué par votre tatoueur)
  • Pour sécher, tapotez doucement avec la serviette sur le tatouage et laissez à l’air libre pendant une demi-heure
  • Mettez une pommade cicatrisante (indiquée par votre tatoueur) 2 à 3 fois par jour pendant une semaine
  • Portez des vêtements lâches et ne grattez pas le tatouage.

La cicatrisation dure minimum deux semaines pour qu’il n’y ait plus de croûtes. Pendant cette période, il faut éviter à tout prix de : poser les mains (sales) sur le tatouage, de prendre des bains, à la piscine, à la mer et d’aller au sauna de s’exposer au soleil et cela pendant six mois.

Attention aux tatouages au henné noir car ce dernier peut provoquer des réactions allergiques graves à cause du colorant utilisé.

Piercing ou tatouage en toute sécurité : le témoignage d’une tatouée

Témoignage d’Oriane, 24 ans, elle porte deux tatouages.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de vous faire tatouer ?

C’était simplement une envie réfléchie. Dans mon cas symbolisme et esthétisme sont évidement les deux points décisifs au choix d’un tatouage. L’un ne va pas sans l’autre, bien qu’avec la banalisation du procédé, on peut remarquer que les facteurs mode et beauté se généralisent. C’est par exemple la mode des tatouages en forme d’étoiles, et bien je ne vois pas du tout d’intérêt dans ce dessin…

Avez-vous trouvé que votre tatoueur respectait les mesures d’hygiène élémentaires ? Quels ont été vos critères de sélection du salon ?

Oui, toujours très bien. Je dirais que le choix du salon se fait soit par sa réputation, soit par simple observation. C’est une question de bon sens. On remarque tout de suite si les locaux paraissent sains, si le tatoueur porte des gants neufs et qu’il ouvre le sachet hermétiquement fermé contenant l’aiguille stérile devant vous…

Est-ce que c’est douloureux ? Combien de temps ça a duré ? Quels sont les principaux soins et les précautions à prendre avec un tatouage ?

Il est évident que les effets d’une aiguille dans une partie du corps ne sont pas très agréables, cependant c’est totalement supportable et l’excitation du résultat prime par dessus tout. La durée varie avec la taille et le contenu du tatouage. Trois mois après la dernière séance il est conseillé de faire un test du VIH, mais pour ma part je vois ça comme une simple formalité étant donné toutes les précautions déjà en place dans la majorité des salons. On recommande aussi de ne pas exposer le tatouage au soleil le premier semestre. Il y en a d’autres, en particulier lors de la cicatrisation mais le tatoueur explique bien tout cela.

Piercing ou tatouage en toute sécurité : l’avis d’un dermatologue

Interview du Professeur Jacques Bazex, membre de l’Académie nationale de médecine. Il a travaillé sur un rapport qui a permis la mise en place de la nouvelle réglementation concernant les tatoueurs et pierceurs.

Quelles sont les principales mesures à prendre par les tatoueurs-pierceurs ?

Les principales mesures d’hygiène sont l’utilisation de gants à usage unique, de matériel à usage unique ou stérilisé dans une pièce isolée.
Ces professions ont tout intérêt à se médicaliser, et les tatoueurs-pierceurs devraient recevoir une formation aux gestes d’hygiène et de secourisme. L’idéal serait qu’ils aient la même formation que les personnes faisant les prises de sang dans les laboratoires médicaux.

Quels principaux risques peuvent entraîner les tatouages et les piercings ?
Il ne faut pas stigmatiser autour de quelques exemples mais plutôt garder à l’esprit que, même si les complications sont rares, elles sont suffisamment graves pour prendre toutes les précautions nécessaires. Toute infection chronique persistante présente un risque accru. Le risque d’une sensibilisation aux métaux ou aux colorants est aussi à retenir. En France, on manque de données sur les personnes tatouées et piercées, les cas d’infections et les conditions dans lesquelles sont réalisées ces opérations. Il est temps de les encadrer car le tatouage et le piercing sont en train de se banaliser.

Êtes-vous satisfait du décret mis en place ?
Le rôle de l’Académie de médecine est, avant tout, d’informer les gens et les pouvoirs publics sur les risques possibles. Une question essentielle n’a pas été posée : comment qualifier le geste du tatoueur ou du pierceur. S’agit-il d’un acte paramédical ? Chirurgical ? Cette qualification aiderait à déterminer l’acte puis la notion de responsabilité. Par exemple, le chirurgien est responsable quand le patient souffre d’une infection après une opération. Par ailleurs, certaines de nos recommandations n’ont pas été satisfaites : le client devait disposer d’un délai de réflexion de 15 jours après la première rencontre et passer une visite médicale pour éviter les risques traumatiques, allergiques et infectieux. Nous aurions dû également insister sur les problèmes dentaires provoqués par les piercings buccaux. Enfin, les piercings génitaux représentent un risque très élevé de complication et devraient être interdits.

Yorum yapın