Lipome

LipomePin

Le lipome, également appelé adipome, est une tumeur bénigne due à une prolifération du tissu adipeux (graisse) normalement situé sous la peau.

Le lipome correspond à une boule, une masse dite “molle” plus ou moins volumineuse. Le lipome n’est pas un cancer et ne dégénère pas en cancer. Bien qu’anormal et parfois disgracieux, le lipome ne présente aucun risque pour la santé.

Cette masse mobile et indolore peut bien sûr provoquer une déformation localement. Elle peut s’avérer gênante, sensible au toucher, et peut augmenter au fil du temps jusqu’à atteindre la taille d’un pamplemousse.

On reconnaît le lipome en le palpant sous la peau, puisqu’il est mou, à la différence du kyste, plus consistant au toucher.

Un lipome peut apparaître quasiment sur toutes les parties du corps, mais assez fréquemment sur la nuque, les bras, le haut des fesses, les cuisses ou le front (zone plus difficile à traiter puisque le lipome se trouve sous le muscle du front).

Les lipomes se voient le plus souvent à partir de la fin de l’adolescence. Ce sont surtout les adultes qui consultent pour ce motif, en particulier pour des raisons esthétiques.

Le lipome est qualifié de « géant » quand il dépasse 5 cm.

Les causes

L’apparition de lipomes provient de la prolifération locale des cellules graisseuses que l’on appelle adipocytes. Les causes exactes de cette prolifération demeurent inconnues. Il existe cependant une forme de lipomes pour lesquels une cause génétique a été mise en évidence : il s’agit des lipomes multiples caractéristiques d’une pathologie appelée lipomatose. Celle-ci constitue une des neuf formes de lipomes décrites par l’Organisation Mondiale de la Santé.

Les huit autres sont les suivantes : lipome, lipomatose du nerf, lipoblastome, angiolipome, myolipoma des tissus mous, lipome chondroïde. Les deux formes cliniques les plus fréquentes sont les suivantes.

Parmi les lipomes assez courants :

  • Le lipome lombo-sacré :
    C’est un lipome dit solitaire qui recouvre la partie inférieure de la moelle épinière dans la région lombo-sacrée. Il est parfois associé à un kyste pilonidal (avec la présence d’un poil), ou à une anomalie équivalente. On le retrouve le plus souvent chez les adolescents. Sa cause est inconnue. Il nécessite d’effectuer des examens (en particulier une IRM) pour bien le visualiser, et l’ablation doit être faite en milieu chirurgical.
  • L‘angiolipome : 
    Ce lipome est constitué d’un mélange de graisse et de vaisseaux sanguins ( veines, artères et capillaires). Il se situe le plus souvent sur les jambes ou les bras, et se retire facilement. Sa taille est souvent inférieure à deux centimètres. Sa cause est inconnue.

Auteurs : Margaret François et Dr Ada Picard.
Consultant expert : Dr Catherine Oliveres Ghouti, dermatologue.

Lipome : les symptômes

Le lipome est une tumeur bénigne constituée de graisse mature. Il est souvent indolore et se traduit habituellement par une tumeur molle, régulière et mobile. Certains sont visibles lorsqu’ils sont localisés sous la peau.

Dans ce cas, il n’y a pas d’autres symptômes que la déformation induite par le lipome. D’autres sont situés plus profondément près des organes. Dans ce cas, les symptômes sont loin d’être évidents. L’évolution habituelle est une croissance lente, qui peut se stabiliser spontanément. Dans certains rares cas, le lipome peut devenir « géant », en particulier s’il dépasse 5 cm de diamiètre.

Les lipomes peuvent se localiser n’importe ou` dans le corps, le plus souvent ils sont situe´s au niveau de la te^te, du cou et du dos. Ils ne sont pas fre´quents au niveau de la main (5 %).

Ils existent plusieurs types de lipome. L’Organisation Mondiale de la Santé en a répertorié neuf différents. En fonction de la localisation et de la taille du lipome, les symptômes peuvent varier. Les trois formes cliniques de lipomes les plus fréquentes sont les suivantes : le lipome lombo-sacré, l’angiolipome, et la lipomatose.

En dehors de l’aspect esthétique, quand il est sous la peau, il n’y a de véritable raison à enlever chirurgicalement un lipome. Sauf encore quand il est en profondeur dans l’organisme, et qu’il est à l’origine de symptômes spécifiques… en raison de sa localisation (appuyant sur certains organes ou tissus, par exemple).

Lipome : les traitements

À partir du moment où le lipome porte un réel préjudice esthétique, un traitement chirurgical est effectué en cabinet ou à l’hôpital. On peut faire appel à un chirurgien esthétique en fonction de la localisation du lipome.

Le traitement consiste en une ablation chirurgicale sous anesthésie locale. Le chirurgien ou le dermatologue effectue une petite incision de la peau, et retire le lipome avec une pince, en disséquant la masse graisseuse de la peau (le lipome est sous-cutané).

Dans la grande majorité des cas, il n’est pas nécessaire d’être hospitalisé pour se faire enlever un lipome, sauf si celui-ci se situe dans un endroit spécifique (comme le lipome lombo-sacré).

Pour une lipomatose (lorsqu’il y a de nombreux lipomes à enlever), le traitement peut nécessiter une hospitalisation, qui ne dure le plus souvent qu’une seule journée.

Si le lipome est de petite taille, une petite incision sera faite. Si le lipome est assez gros, le chirurgien fera appel à la lipoaspiration pour l’enlever. Une fois le lipome retiré, il est envoyé dans un laboratoire pour être analysé. Cette analyse dite histologique est obligatoire après chaque opération d’un lipome (pour s’assurer qu’il s’agit bien d’un lipome).

Il faut savoir que ce type d’intervention n’est pas remboursé par la sécurité sociale, en raison de son caractère esthétique.

Lipome : sources et notes

– I. Abkari et coll. Cas clinique : Lipome ge´ant du troisième doigt : a` propos d’un cas.

– Fiche 95 – Lipome, Guide Pratique De Mésothérapie, 2012.

Yorum yapın