Douleur au mollet

Douleur au molletPin

Douleur au mollet : problème musculaire ou phlébite ?

En cas de douleurs au mollet, il est important de savoir : si cette douleur est présente dans une ou deux jambes, le moment où elle apparait, et combien de temps elle dure.

Si la douleur touche un seul mollet, il va y avoir plus de risques pour que cela soit une affection locale plus ou moins grave… Si en revanche, elle touche les deux mollets, cela signifie souvent que la cause du problème est générale.

La douleur la plus fréquente est en général la crampe musculaire. C’est une contraction involontaire du muscle qui provoque une douleur vive et désagréable… Géneralememt, tout le monde connaît bien les signes d’une crampe. Mais attention de ne pas trop vite résumer toute douleur au mollet à une crampe.

Au moindre doute, il est recommandé de consulter. La douleur au mollet peut-être aiguë ou chronique. Son apparition peut-être soudaine et sans raison, ou au contraire le résultat d’un traumatisme. Elle peut se manifester uniquement lorsque vous marchez. Toutes ces données permettent au médecin d’être orienté sur l’origine de cette douleur au mollet et de proposer les soins et traitements appropriés.

Il existe 3 grandes sortes de douleurs au mollet :

  • les douleurs vasculaires, de type veineux et de type artériel,
  • les douleurs musculaires,
  • les douleurs neurologiques…

En fonction de l’origine de la douleur, un médecin spécialiste pourra être consulté. Et des examens pourront être nécessaires. C´est important car cette douleur doit parfois nécessiter des soins en urgence…

Douleur au mollet : les causes

Une douleur au mollet peut avoir de nombreuses causes. Selon le type de douleur, sa localisation exacte, d’éventuels autres symptômes (chaleur locale, fièvre…), il est possible d’orienter ou même de définir l’origine de la douleur au mollet. Et cela aide pour établir un diagnostic précis.

  • Pour les douleurs musculaires

Une douleur musculaire du mollet peut avoir différentes origines et se manifester de plusieurs façons. Une crampe localisée au niveau du mollet peut être le résultat d’une trop grande sollicitation du muscle. En massant le mollet, on peut sentir une boule dure qui correspond au muscle contracté. La crampe peut également apparaître de manière aigue et disparaitre aussi vite. Les causes en sont diverses : stress, carence en oligo-éléments (mais non prouvé), etc.

Par ailleurs, un exercice physique inadapté peut entraîner une élongation du muscle, ou un claquage, voire une déchirure musculaire qui est une complication délicate. La douleur au mollet est alors souvent brutale, parfois avec apparition d’un hématome, d’un gonflement du mollet.

  • Pour les douleurs d’origines veineuses

Les veines ont pour rôle de ramener le sang au coeur pour le charger en oxygène, avant qu’il ne reparte via les artères, vers les tissus. Un mollet extrêmement sensible ou même douloureux, dégageant de la chaleur au toucher ou présentant un aspect oedémateux, doit être un motif de consultation en urgence, afin de vérifier qu’il n’y ait pas de caillot dans une veine.

En effet, le risque majeur d’une douleur au mollet, est la survenue d’une phlébite. En cas de douleur à un mollet avec suspicion de phlébite, des examens complémentaires sont indispensables. Le principal est la réalisation en urgence d’un écho-doppler pour explorer la circulation sanguine dans les veines du mollet douloureux. C´est généralement un médecin vasculaire (dit aussi angiologue) ou un phlébologue qui prend en charge le patient.

Si la phlébite est confirmée, elle sera traitée par des injections d’héparine à domicile ou en milieu hospitalier, puis par des anticoagulants oraux (anti-vitamine K ou autres). Votre médecin vous prescrira aussi le port de bas de contention.

  • Pour les douleurs d’origines artérielles

Un pied froid, résultant d’une mauvaise oxygénation, peut être le signe d’une artérite oblitérante des membres inférieurs (AOMI). La douleur arrive après une sollicitation du mollet ou des mollets, comme après une marche, par exemple. Votre médecin prendra les « pouls » au niveau de la jambe pour orienter un éventuel diagnostic d’artérite. Il s’agit également d’une urgence de prise en charge. Si la douleur dans le mollet fait suspecter une artérite oblitérante des membres inférieurs, des examens complémentaires (écho-doppler) seront prescrits.

  • Douleurs neurologiques

La sciatique résultant d’une hernie discale est la cause neurologique la plus fréquente d’une douleur au mollet. Le mollet ne change pas d’aspect mais la douleur peut-être handicapante au point de contrarier la marche.
Mais des douleurs d’origine neurologique peuvent être liées à d’autres maladies, d’autres neuropathies. Et l’avis d’un neurologue peut quelque fois être nécessaire. Et lá encore la réalisation d´examems peut être nécessaire.

Douleur au mollet : les traitements

Les traitements vont être différents en fonction du type de douleurs qui survient dans le ou les mollet(s).

  • Pour les douleurs musculaires

Le massage est souvent efficace pour faire passer une crampe. Concernant la crampe fulgurante (qui survient en pleine nuit, à la piscine, etc.), la meilleure technique est d’étirer le muscle : le pied à plat à terre, on étire les orteils vers le haut. Cette technique soulage la crampe en quelques secondes.

Si le problème est plus profond qu’une simple contracture, il faut prendre rendez-vous avec votre médecin traitant. Lui seul est apte à vous prescrire les traitements adéquats. Parfois des examens complémentaires d’imagerie médicale (échographie, voire IRM) seront nécessaires. Un traitement médicamenteux ou des séances de kinésithérapie ne peuvent être prescrits que par un médecin.

  • Pour les douleurs d’origines veineuses

S’il y a bien une phlébite, elle sera traitée par des injections d’héparine à domicile ou en milieu hospitalier, puis par des anticoagulants oraux (anti-vitamine K ou autres). Votre médecin vous prescrira aussi le port de bas de contention.

  • Pour les douleurs d’origines artérielles

Le tabac, une hypercholestérolémie, une surcharge pondérale sont autant de facteurs qui malmènent les artères et qui doivent être pris en charge. Les traitements vont des médicaments liés à la pathologie (comme le diabète), jusqu’à la chirurgie vasculaire, en passant par la prise d’antiagrégants plaquettaires (empêchant la formation de caillots sanguins).

Il est important de savoir que la marche est un bon moyen d’augmenter la bonne circulation artérielle et veineuse.

  • Pour les douleurs neurologiques

La prise d’antalgiques, d’anti-inflammatoires et de myorelaxants associée à des séances de kinésithérapie sont prescrits pour diminuer la douleur.
Des infiltrations rachidiennes, ou une opération chirurgicale dans des cas extrêmes, peuvent être proposées.
Le repos n’est plus systématiquement imposé, sauf si la douleur ne permet aucun déplacement. La plupart du temps, l’évolution est positive.
Pour des maladies neurologiques spécifiques, la prise en charge par un neurologue est nécessaire.

Douleur au mollet : Sources et notes

> Alain Beaumier ; Docteur, est-ce que je fais une phlébite ? Formation continue ; Le médecin du Québec, volume 42, numéro 12, décembre 2007.

> Simon Bouisset, Bernard Maton, Muscles, posture et mouvement. Hermann.

> Schleich, Dr Jean Marc. Thromboses veineuses profondes, Département de cardiologie et maladies vasculaires, CHU de Rennes.

> Recommadations de bonnes pratiques, prévention et traitememt de la maladie thrombo-embolique veineuse en médecine. Ansm (Affsaps). Décembre 2009.

Yorum yapın