Dermatite atopique

dermatite atopiquePin
La dermatite atopique, encore appelée eczéma atopique, est une maladie de la peau qui peut affecter les enfants très jeunes… mais aussi les adultes.

En effet, la dermatite atopique débute dès les premières semaines de la vie : de plus en plus de nourrissons en souffrent, surtout dans les pays occidentaux, les médecins pensent que des facteurs environnementaux et alimentaires expliqueraient en partie cette recrudescence.

La dermatite atopique se caractérise par des lésions cutanées rouges qui grattent, un eczéma souvent associé à une peau sèche (xérose). Ces lésions peuvent être particulièrement gênantes pour les jeunes enfants.

L’étendue des lésions de la peau et leur localisation changent en fonction de l’âge de survenue de la dermatite.

Environ 20% des enfants de moins de 7 ans souffrent de cette affection, contre 10% des adultes.

L’atopie désigne un état particulier caractérisé par une sensibilité accrue aux maladies allergiques :

rhinite allergique,

conjonctivite,

asthme,

eczéma…

Ce terrain est génétique.

Ainsi, les bébés souffrant de dermatite atopique ont souvent un parent souffrant lui-même d’eczéma, d’asthme ou d’allergies. Par ailleurs, l’alimentation jouerait un rôle dans l’apparition ou l’aggravation de la dermatite.

Un bilan allergologique (tests cutanés, dosage des Ig E) peut être recommandé pour s’assurer du diagnostic et de la nature précise des lésions cutanées. Découvrez plus d’infos sur les causes, les symptômes et les traitements de la dermatite atopique…

Dermatite atopique : les causes

La dermatite atopique est une affection multifactorielle.

Ainsi, sont impliqués les facteurs suivants dans la survenue de la maladie :

  • facteurs génétiques ;
  • perturbation immunitaire (liée à l’activation des lymphocytes T) ;
  • trouble de la barrière cutanée liée à un déficit en certains acides gras ;
  • présence d’une bactérie (staphylocoque) à la surface de la peau.

En fait, il existe encore beaucoup à découvrir sur les causes précises de la dermatite atopique. Actuellement, beaucoup d’études portent sur les bactéries normalement présentes à la surface de la peau et leur diversité. Ces bactéries pourraient avoir une influence sur la survenue ou non d’un eczéma atopique.

C’est une maladie qui évolue souvent par des poussées, et surtout l’hiver, avec le froid, les différences de températures…

Mais comme on l’a dit des facteurs environnementaux, alimentaires… peuvent favoriser cet eczéma ou une poussée d’eczéma.
Aussi – dans la mesure du possible, est-il important d’identifier les éléments qui favorisent ces poussées.

Le médecin allergologue posera de nombreuses questions pour tâcher de trouver l’agent favorisant la dermatite atopique. En fonction du résultat de cette “enquête”, il sera bien sûr proposer d’éviter le contact avec ces facteurs déclencheurs ou favorisants.

D’autres manifestations allergiques peuvent survenir en plus d’un eczéma, comme un asthme ou une rhinite, ou encore une allergie alimentaire.

Dermatite atopique : les symptômes

Comme indiqué précédemment, la dermatite atopique se manifeste très tôt, vers trois mois, mais parfois dans les six premières semaines de vie.

La maladie provoque des démangeaisons et des lésions rouges couvertes de vésicules (suintantes ou croûteuses) sur les joues, les membres et parfois le tronc.

Chez le nourrisson, la démangeaison se remarquera par un sommeil perturbé, des attitudes anormales (enfant qui se frotte contre les draps, agitation), plus tard on observe des marques de grattage.

Les zones cutanées concernées se localisent sur les plis (genoux, coudes, cou), avec, en périodes de poussées, une extension plus importante. La sécheresse de la peau est un problème récurrent, particulièrement l’hiver.

Des poussées peuvent être favorisées par certains aliments (blanc d’oeuf, lait de vache), ou des substances inhalées (poils d’animaux), ou encore par une infection ORL, ou une éruption dentaire.

Une amélioration peut survenir dès l’âge de deux ans.

Vers six ans, la dermatite atopique s’estompe très souvent, plus ou moins complètement. Il arrive alors parfois que l’enfant développe une maladie asthmatique. Des poussées pourront se produire plus tard, vers l’adolescence ou à l’âge adulte.

Les médecins évaluent la sévérité de la dermatite atopique par un score qui analyse l’importance des signes cliniques : le scorad (Scoring atopic dermatitis).

Un bilan allergologique, avec en particulier, le dosage de des IG E dans le sang, ou des tests cutanés, peut être réalisé.

Dermatite atopique : les traitements

Ils reposent sur la prévention pour diminuer la fréquence des poussées et l’apparition de complications, ainsi que sur le contrôle des phases aiguës, des poussées.

Les soins locaux

Ils sont la base de traitements visant à limiter le dessèchement de la peau.

Pour la toilette, il est conseillé d’utiliser des savons surgras, complétés de crèmes hydratantes. L’hydratation doit être encore plus minutieuse durant l’hiver.

Le bain ou la douche doivent être de courte durée, à une température d’eau pas trop chaude (l’eau risque d’aggraver les démangeaisons et la sécheresse cutanée).Pour se sécher, il faut éviter de se frotter, mais plutôt se tamponner avec la serviette.

On doit éviter les piscines, l’eau étant très “agressive” contenant de nombreux détergents. On recommande de donner une douche rapide à l’enfant, en cas de sudation (effort physique, chaleur…).

Les mesures anti-agressions

Les enfants souffrant de dermatite atopique sont plus sensibles que la moyenne aux « agressions extérieures ». On doit éviter de trop couvrir l’enfant, préférer les linges en coton, laver sans assouplissant ou autre additif.

Les précaution contre les allergènes

Éviter l’exposition aux animaux domestiques (chat, chien, cobaye…) si une allergie à ces animaux a été identifiée. Une diététique particulière s’impose quand une allergie à un aliment particulier est évidente. Attention encore aux acariens et moisissures. Dépoussiérage (aspiration régulière, éponge humide…), aération des pièces… sont nécessaires.

Les médicaments

Des émollients sont utilisés en traitement de fond (une à deux fois par jour). Des crèmes à base de corticoïdes sont appliquées sur les lésions eczémateuses. Ces traitements sont prescrits, et il convient de bien suivre les indications du médecin.

Attention aussi aux risques de surinfection (impétigo ou herpès). Et si elle survient, il faudra les médicaments nécessaires pour la traiter.

Les stations thermales

Des stations thermales sont spécialisées dans le traitement des peaux atopiques. Les plus connus sont St-Gervais-les-Bains, Avène, La Roche-Posay.

Dermatite atopique : sources et notes

> Fédération française d’allergologie, Le Grand livre des allergies, Eyrolles, 2014.
> Giannetti A. et al, Skin diseases with high public health impact. Atopic dermatosis. European Journal of Dermatology. 2007.
> Nicolas JF et al. Pathogénie de la dermatite atopique. Ann Dermatol Vénéréol 2005.

Yorum yapın